Entroudcutable

American_Landrace02

Le massacre était arrivé au Lac, dans un village désormais rebaptisé Villeneuve. quand Leroux était petit, le village s’appelait Saint-Léandre, mais une affaire scandaleuse avait plongé la communauté dans l’opprobre. Durant plusieurs années, des bruits avaient couru sur le propriétaire taciturne d’une fermette qui donnait sur la jonction entre la rue Principale et le chemin de bois. On racontait dans les chaumières que le bonhomme, devenu veuf dans la fleur de l’âge, entroudcutait tout ce qui était entroudcutable dans son cheptel, des poules à la pouliche. Ça serait resté des commérages de village si le bonhomme n’avait pas décidé de besogner la plus grosse de ses deux truies sur la véranda, un jour de semaine au grand soleil de midi, devant un autobus de touristes arrêté au stop en montant vers la rivière Péribonka. On avait mis le bonhomme à l’asile et vendu son troupeau à la criée. Quelques années plus tard, le conseil municipal avait profité d’une tendance au Lac-Saint-Jean à séculariser les noms de village pour se débarrasser de celui de ce saint devenu, dans l’esprit des gens de la région, patron de la zoophilie et de la bestialité.
Saint-Léandre était devenu Villeneuve.
Parce que Leroux n’était pas lui-même homme à laisser les fautes anciennes être lavées par l’oubli ou les tours de passe-passe toponymiques, quand Caroline lui demanda « C’est arrivé où? », il répondit: »A Saint-Léandre. »

Publicités
Par défaut