Puis je vis un autre ange vigoureux descendre du ciel; il était enveloppé d’une nuée avec un arc-en-ciel au-dessus de la tête

angers_anges_fleaux

« Un mot, c’est le paradoxe, le miracle, le merveilleux hasard d’un même bruit que, pour des raisons différentes, des personnages différents, visant des choses différentes, font retentir tout au long d’une histoire. C’est la série improbable du dé qui, sept fois de suite , tombe sur la même face. Peu importe qui parle, et, quand il parle, pour quoi dire, et en employant quel vocabulaire: le même cliquetis, invraisemblable, retentit. »

*

Sept propos sur le septième ange est un court essai que  Michel Foucault consacre à la figure de Brisset (édité chez Fata Morgana) et à ses obsessions pour la langue qui le conduisirent à écrire plusieurs traités sur l’origine du langage, et notamment La science de Dieu. Contrairement aux autres chercheurs dans le même domaine, Brisset ne part pas d’une hypothèse « évolutionniste » qui lui ferait rechercher le plus petit dénominateur commun entre les langues, il se plonge dans le chaos de la consonance. Pour lui la langue (le français, autant le dire) se construit par sédimentation de sonorités, de significations. La langue originelle est chaos, elle va vers un ordonnancement, et c’est la répétition de phonèmes, de sons, qui conduit à leur donner du sens. Exemple:

*

« Voici les salauds pris ; ils sont dans la sale eau pris, dans la salle aux prix. Les prix étaient les prisonniers que l’on devait égorger. En attendant le jour des pris, qui était aussi celui des prix, on les enfermait dans une salle, une eau sale, où on leur jetait des saloperies. Là on les insultait, on les appelait salauds. Le pris avait du prix. On le dévorait et, pour tendre un piège, on offrait du pris et du prix : C’est du prix. C’est duperie, répondait le sage, n’accepte pas de prix, ô homme, c’est duperie. » (Brisset cité par Foucault)

Et ce dernier de commenter:

« On le voit bien : il ne s’agit pas, pour Brisset, de réduire le plus possible la distance entre saloperie et duperie, pour rendre vraisemblable qu’on ait pu la franchir.

*

Cet essai résonne beaucoup avec un autre que j’ai lu récemment, B comme Homère, de Sophie Rabau (paru chez Anacharsis) et consacré à la figure de Victor Bérard (qui a traduit et largement commenté l’Odyssée). Ce qui rapproche ces deux savants du XIXe siècle, l’amateur d’Ulysse et celui de Babel, c’est e désir d’effectuer un travail objectif sur le matériau choisi, mais de se servir de ce prétexte pour faire murir une pseudo science toute nourrie de leurs obsessions respectives: obsession chez Bérard de voir dans les parcours d’Ulysse un traité de navigation phénicien; de rechercher la voix authentique d’Homère en charcutant le texte pour restituer le texte avant de prétendus ajouts tardifs; obsession chez Brisset de redécouvrir une forme originelle, divine du langage dans l’interprétation kabbalistique du français contemporain.

Autre ressemblance, la tendance qu’ont les deux auteurs de ces deux essais de rapprocher leur savant respectif de certains artistes. Découvrir la démarche personnelle derrière le souci d’objectivité et transformer les biais de recherche en choix assumés. Ainsi, Sophie Rabau d’inventer la figure de Victor B., réécrivain de l’Odyssée et authentique poète, cinéaste maître de l’art du cut et du montage. Et Foucault de rapprocher la démarche de Brisset des inventions linguistiques d’un Roussel, ou de l’écriture schizophrénique d’un Wolfson. Des poètes, donc, avant d’être des savants, qui auraient inventé, non pas de nouvelles avancées de leurs sciences respectives, mais de nouvelles manières de générer de la fiction, l’un, Victor, en organisant le Chaos Homérique, l’autre, Brisset, en faisant exploser la langue pour lui rendre sa multiplicité originelle. Passionnant.

*

 » Brisset avait organisé une conférence pour le 3 juin 1906. Il avait rédigé un programme où il était dit: « L’Archange de la résurrection et le septième ange de l’Apocalypse, lesquels ne font qu’un, feront entendre leur voix et sonneront de la trompette de dieu par la bouche du conférencier. C’est à ce moment là que le septième ange versera sa coupe dans l’air. »
Brisset n’eut qu’une cinquantaine d’auditeurs. Il affirma, dans son indignation, que nul n’entendrait désormais la voix du septième ange. »

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s