Des rêves et de ceux qui les ont écrits

self-portrait-with-beard

Mais lui haïssait les rêves depuis l’enfance, jamais il n’y avait en eux de consolation, ils le laissaient au matin tordu et prostré. Jamais il n’avait eu de beaux rêves, il s’en méfiait, de ces fourbes messagers de malheur. Bottes de cosaques martelant au pas cadencé le sol de son atelier, gants de cuir noir et lisse arrachant les toiles déchiquetées à même le chevalet, fanfares bruyantes dont soudain venaient des coups de feu. On parlait espagnol, mussolinien, gitlerdaitsch. Une nuit sans rêve était une bonne nuit. Les surréels aimaient le chaos, mais ils n’avaient jamais vu de pogrom, les noms de Berditchev, Jitomir et Nikolaïev ne leur disaient rien ; ils se délectaient du mépris des bourgeois mais n’avaient jamais eu à fuir dans les forêts pour sauver leur peau. Fils de bourgeois pourris gâtés s’offrant de petites portions d’anarchie. En Allemagne, des masses sombres désormais acclamaient un guignol braillard et éructant, et brandissaient le bras bien haut. Quand il apprit que lui aussi avait été peintre, il eut envie de vomir.

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Des rêves et de ceux qui les ont écrits

  1. Extrait d’un texte traduit de l’allemand sur Soutine à paraître prochainement. On ne manquera pas de mettre les références exactes dès que le livre sera officiellement sorti.
    Image: Chaim Soutine, Autoportrait à la barbe.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s