De ceux qui sont représentés en marge des tableaux, dans des tâches sans gloire

le-grand-phallus015

 

« Marthe qui est allée au devant de Jésus pour lui dire d’un trait, Si tu étais venu plus tôt, Jésus, mon frère serait en vie, mon frère et ton ami. Ton frère se relèvera, lui a-t-il répondu, alors elle l’a suivi jusqu’au toit familial et s’est mise à ranger, balayer, cuisiner, s’absorbant en silence dans des tâches sans gloire, laissant Marie, Jésus, Lazare à leurs affaires, s’en remettant si bien aux gestes de leur ami qu’elle ne pensa jamais avoir vécu pour rien, tout mort que fût son frère. Mais elle est restée loin et des conciliabules et des instances inquiètes de Marie, toute en pleurs au cœur de la maison, et de la peine immense qui affligeait Jésus dévasté par la perte de son ami Lazare, même s’il savait déjà qu’au bout des jours fugaces qui étaient devant lui c’était non pas Lazare mais lui-même qui mourrait. Marthe a puisé sa force dans la joie du ménage, la patience de l’eau, la foi des aliments et la maîtrise des gestes que requiert la cuisson, que demande le pain, qu’impose la confection d’un repas pour les proches, la sœur et l’ami tristes, et ceux qui, étrangers en Judée, doivent être accueillis, loués, soignés. Elle a mis sa confiance, entière, en leur ami, ce rabbi doux qu’elle tient pour celui qui viendra les sortir de ce gouffre où Lazare en mourant est tombé, les entraînant ensuite, elle refuse de songer à quoi que ce soit d’autre qu’aux soins qu’elle doit donner à leurs hôtes d’un jour, d’un très funeste jour, elle est de fer, d’airain, rien ne peut l’arrêter, Marthe, quand elle a décidé de tracer son chemin, pas même les paroles qu’échangent tout près d’elle Marie et leur ami venu de Galilée »

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “De ceux qui sont représentés en marge des tableaux, dans des tâches sans gloire

  1. Des gravures de Frédéric Coché, un texte de Mathieu Riboulet (que je découvre), et cela donne cet excellent ouvrage, « Or, il parlait du sanctuaire de son corps », aux éditions Les Inaperçus (http://lesinapercus.fr/). Évocation baroque (tant dans la description que par la langue) de figures croisées par le Christ durant son périple. Figures en marge, à peine esquissées dans le texte, de ces silhouettes fascinantes qui peuplent les bords des tableaux et qui prennent vie sous l’action conjointe du graveur et de l’écrivain.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s