L’indifférence générale

ob_3740fc_lettres-contre-la-guerre-couv-v10

« Rien de tout ça, pourtant – ni la mort d’innocents, ni les massacres de prisonniers,ni la réduction de nos droits fondamentaux, ni la profonde injustice de la guerre – n’a secoué l’opinion publique. Pas l’américaine, bien entendu, mais l’européenne non plus.
L’indifférence générale devant ce qui arrive aux Afghans, mais en réalité à nous mêmes, sans que nous nous en rendions compte, a des origines profondes. Des années e matérialisme effréné ont réduit et marginalisé le rôle de la mort dans notre vie, en faisant des valeurs telles que l’argent, le succès et le profit personnel le seul critère d’appréciation. Faute de temps pour réfléchir, toujours pris dans l’engrenage d’une vie de compétition extrême qui laisse de moins en moins de place au privé, l’homme de bien-être et de consommation a perdu en quelque sorte la capacité de s’émouvoir et de s’indigner. Il se concentre uniquement sur lui-même, il n’a plus d’yeux ni de cœur pour ce qui se passe autour de lui.
C’est ce nouveau type d’homme occidental, cynique et insensible, égoïste et politiquement correct – produit de notre société de développement et de richesse, qui me fait aussi peur aujourd’hui que l’homme patibulaire à la Kalachnikhov qu’on trouve maintenant à tous les coins de rue de Kaboul. Les deux se valent, ce sont des exemples différents du même phénomène: celui de l’homme qui oublie qu’il a une conscience, qui ne voit pas clairement son rôle dans l’univers et qui devient le plus destructeur de tous les êtres vivants, que ce soit en polluant les eaux de la terre, en détruisant les forêts, en tuant les animaux ou en utilisant des formes de violence de plus en plus sophistiquées contre ses semblables En Afghanistan, tout ça devient clair pour moi. Ça me blesse et m’enrage »

 

***

Un nouvel extrait des lettres contre la Guerre, de Tiziano Terzani, rééditées en 2015 par Intervalles, dans une traduction de Fanchita Gonzalez Batlle. Écrites à la suite du 11 septembre 2015, elles restent tout à fait d’actualité. Quel humanisme! quel regard acéré! Une lecture qui prouve la nécessité de regarder bien en face les conséquences de nos actes, indispensable en ces temps où l’on nous dit qu’essayer de comprendre, c’est déjà excuser. On n’en est plus à une bêtise prêt. Regagnez un peu d’humanité, lisez Terzani!

 

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s