Ce n’est pas en vain qu’on branle du vin, même cuit!

Tanguy couilles enragees

 

« Le Vicomte Branleur des Couilles-Molles contemplait fièrement, la queue trainant dans un verre de porto, son arbre généalogique. Au fur et à mesure qu’il les voyait brandir leur vit roide comme une lance dirigée vers dieu, le sien s’agitait de plus en plus convulsivement dans le porto qui moussait comme du sperme battu.
Qu’il mousse donc ce porto, ce sperme, cette fumée affolée qui obscurcit le ciel de toute une ville dont les habitants ont décidé de faire sonner les douze coups de midi (et de minuit) accompagnés d’un « qu’est-ce qui m’a foutu un bougre de sale dieu (une ordure de vierge) incapable de jouir comme une trompette du jugement dernier ? » afin de montrer qu’à cet instant leur sperme s’élance vers le soleil.
Mais la mousse du porto, que ne buvait pas le vicomte, ne tarda pas à s’émouvoir. Ce n’est pas en vain qu’on branle du vin, même cuit ! De ce verre jaillit une énorme colonne de mousse qui prit vite des contours féminins et, la vision se précisant, les cuisses s’entrouvrirent pour laisser voir un joli petit chas frais comme un oiseau qui s’envole d’un sureau en fleurs.
Du coup, la pine du vicomte s’agita avec tant de force que le verre fut brisé, fendu plutôt par le milieu […] »

*

« Ô grand saint esprit de merde
vierge enculée de tous les côtés
mon bock est plein d’eau bénite
Trempes-y ta bite avant de me l’enfoncer
Des cons de nénuphars poussent dans le bénitier
Va donc les peloter avant de m’enculer
Le Christ n’a pas de queue
C’est pour cela qu’on l’a cloué
Coule coule le foutre au fond de nos matrices. »

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Ce n’est pas en vain qu’on branle du vin, même cuit!

  1. Les excellentes éditions Prairial viennent de rééditer « Les Couilles enragées », texte sulfureux de Benjamin Péret d’où est issu ces deux extraits. Devant initialement paraitre en 1928, le texte ne le sera qu’en 1954. Yves Tanguy aurait réalisé un certain nombre d’illustrations (dont celle ci-dessus).Pour cette nouvelle édition, c’est Killofer qui s’y colle et le résultat est à l’avenant du livre. On vous recommande (http://www.editions-prairial.fr/)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s