Mon chant reste noué à toute lumière

t5

« Un oiseau chante – la vie est en retard
et le vertige du jour
a glissé sur les grandes pierres tombales

un col vert traverse l’étang
le sommeil torture deux ou trois statues
le temps a passé
les parfums ont quitté la lampe
avec l’écho des soirées bavardes

un troupeau traverse la route – le ciel
n’est plus dans le pré des étoiles
il reste le désir encore tiède
et l’écharpe fragile des mots chuchotés
par une chouette fuyante

une fois deux fois le coq chante – la misère
est une coiffe de mousse fanée
sur la nuque claire d’un nuage

ah! il faut bien chercher un sens à la vie
parmi les décombres

Tes pieds dansent nus sur les tessons d’air
et de bois

par les fentes du ciel
tu as vu passer des astres fragiles
et des branches entières d’oiseaux
en partance

ainsi donc l’espoir danse encore
sous tes pieds qui le suivent
malgré la douleur du sang »

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Mon chant reste noué à toute lumière

  1. Image: Andy Lee, image de la série « One, two, tree, part I »
    Texte: Gabriel Rebourcet, extrait du recueil « Étoiles sur le chemin de Mantoue », très beau travail qui vient juste de paraitre au Murmure éditeur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s