D’une oppression l’autre

funerale-6-low

« 1-
Que ça vaille la peine ou pas
j’envoie mes rapports vers des pays qui n’existent pas encore
je dénonce les mouvements du soleil
qui se glisse à l’aube derrière les clôtures
et ratifie, de sa lumière
les exécutions

2-
Chacun de mes mots
au contact de la langue
évoque l’amande amère.
A chacun de mes mots
manque un midi avec les mains de la mère près du pain
et la lumière s’égouttant de la cuillère enfantine sur la nappe.

3-
Ma seule baïonette
était le regard furtif de la lune entre les nuages.
Voilà peut-être pourquoi je n’ai jamais écrit
de vers aussi irrévocables que des intestins renversés

Voilà peut-être pourquoi ils quittent un à un mes papiers
et je les entends dans les discussions de ceux qui ne m’ont pas lu. »

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “D’une oppression l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s