aux faces ravagées l’opprobre du conflit

escape_5

Les soirs d’armistice, chacun cachait ses plaies comme il le pouvait, de peur que le voisin s’aperçoive que d’humanité, il ne leur en restait plus guère.
Putrescence et amputations, aux faces ravagées l’opprobre du conflit.
Et chacun y allait de son commentaire, pour savoir ce que l’autre pouvait bien dissimuler sous son masque de cire ou dans les plis de sa chemise.
Brûlure abominable, chair à vif, palpitante, couverte de rosée.

Les matins de brume, sur l’herbe humide, ils se couraient après, au milieu des bouses de vache.
Ils pataugeaient dans les flaques abandonnées par les rivières de leurs pays, de petits rus gracieux qui en temps de crue, oubliaient d’être insignifiant et engloutissaient des hectares de terre.
Il étaient là, dans les prés à bétail, derrière les enclos, à s’observer tomber les uns les autres dans la lumière ténue.
Pas un gémissement lorsqu’ils crevaient dans la fange.
Et quand le soleil parvenait enfin à pénétrer l’épaisse couche nuageuses, il les trouvait là, à demi ensevelis au pied des grands chênes solitaires, ou en bordure de rigole – la face contre le sol.

On en aura encore, de ces printemps lents et suspicieux, qui précèdent l’éclosion de la haine; de ces printemps ou le claquement des ciseaux monte des fermes de vieille pierre et se mêle aux cris des bêtes. A peine chaud, l’air qui charniera en un souffle nauséabond toutes les horreurs qu’ils avaient voulu cacher
derrière leurs faces silencieuses et sous leurs vêtements.

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “aux faces ravagées l’opprobre du conflit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s