Et l’on retourne se promener sous les lilas

Nuit

Peut-être que cette nuit n’est pas la nuit,
ce doit âtre un soleil horrible, ou
autre chose, ou n’importe-quoi…Que sais-je! Manquent les mots,
manque la candeur, manque la poésie
lorsque le sang pleure, pleure

Je pourrais être si heureuse cette nuit!
Si seulement il m’était donné de palper
les ombres, d’entendre des pas,
de dire « bonne nuit » à celui
qui promènerait son chien,
je regarderais la lune, je dirais son
étrange lactescence, je trébucherais
sur des pierres au hasard, comme ça se fait.

Mais il y a quelque chose qui déchire la peau,
une furie aveugle
qui coule dans mes veines.

Je veux sortir! Cerbère de l’âme:
Laisse, laisse-moi traverser ton sourire!

Je pourrais être si heureuse cette nuit!
Il reste encore des rêveries tardives.

Et tant de livres! Tant de lumières!
Et mes années si brèves! Pourquoi pas?
La mort est loin. Elle ne me regarde pas.
Tant de vie Seigneur!
Pourquoi tant de vie?

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Et l’on retourne se promener sous les lilas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s