Imposture

Il y a, dans ce rêve, un long couloir qui mène à une chambre d’enfant, la mienne, sauf qu’elle est à gauche. Un couloir qui mène à une chambre d’enfant, la mienne, sauf qu’elle est à gauche et qu’on y a entassé toutes mes affaires, tout ce qu’un jour j’ai pu posséder. Et au milieu, il y a une femme nue qui n’est pas la mienne, mais que je connais pourtant. Une chambre d’enfant, la mienne, sauf qu’elle est à gauche, avant la précédente, et qu’elle est remplie de tout ce que mes parents ont possédé, à un moment ou à un autre, et entre les dossiers, devant le vieux bureau sur lequel on a posé un écran d’ordinateur, il y a un acteur connu, un homme célèbre qui n’a rien fait d’extraordinaire. Et on dirais mon père, mais ce n’est pas lui, c’est cet acteur qui joue un rôle, le rôle de mon père, et qui me sourit comme sourient les acteurs, et qui se lève et me prend dans ses bras, comme le font les acteurs. Et il m’appelle son fils, mais, là encore, il le fait à la manière des acteurs. Tout est faux. Il y a cette femme dans ma chambre d’enfant, nue au milieu des livres et qui m’attend, et cet homme en costume et qui se dit mon père, mais qui ne l’est pas, et puis le couloir. Même lui n’est pas comme il devrait être. En réalité, il n’est pas aussi long, et aucune des pièces sur lesquelles les portes s’ouvrent ne s’y trouvent.

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Imposture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s